SHARE

Photo by Pixabay.com

L’ île de Berder, dans le golfe du Morbihan, est une île privée, qui est reliée au continent par un gois. Un gois, c’est une chaussée submersible qui apparait ou disparait suivant l’heure et l’amplitude de la marée. Pour passer le gois, il faut donc faire très attention aux horaires des marées, car sans cela, on peut se trouver coincé sur l’île.

Ci-dessus, le gois de l’île de Berder. Sur l’île, il y a des plages discrètes que j’ai trouvé assez agréables. J’ai un peu trempé les pieds dans l’eau mais je n’ai pas insisté non plus, car je trouve l’eau du golfe du Morbihan assez « fraîche ».

Hormis les plages, qui sont charmantes, il y a quelque chose d’assez rare et impressionnant à voir près de l’île de Berder, il s’agit du courant de la jument. Le courant de la jument mérite à lui tout seul la visite de Berder.

Le courant de la jument est un courant de marée, c’est à dire un courant qui est généré par la marée. On peut y voit des berges rocheuses et des pêcheurs ( je reviendrai plus tard sur les pêcheurs ) ,une zone calme, et tout de suite après la zone calme, on remarque facilement une zone plus tumultueuse qui ressemble a une rivière dans l’océan, c’est le courant de la jument. Ce jour là, lors de ma visite à Berder, le courant était relativement calme, mais quand il est au mieux de sa forme, le courant peut atteindre la vitesse de 9 nœuds, c’est à dire 4 m/s, ce qui est vraiment énorme.

Le courant est si violent que la traversée à la nage entre les 2 îles est impossible  et dangereuse, tout  comme à l’intérieur du bassin d’Arcachon, un autre endroit soumis à des courants de marée violents. Le courant de la Jument est un des plus puissants d’Europe, et en terme de comparaison, il se situe juste derrière ceux du raz Blanchard et du raz de Sein, qui coulent à la vitesse de 1o nœuds, soit 5 m/s !

Le courant de la jument est assez célèbre et il y a toujours des bateaux de tout le coin qui viennent s’amuser à naviguer sur le courant.

Ce courant de marée est vraiment impressionnant.

Chaque fois qu’il y a un courant particulier, c’est bon pour la pêche, ce qui explique la présence des pêcheurs.